Islam : la mise en place d’un enseignement européen de la religion musulmane est fortement critiquée

Proposée par le président du Conseil européen, Charles Michel, suite aux précédents attentats qui ont eu place à la fois en Autriche et en France, l’idée de créer un institut de la religion musulmane n’a pas séduit tout le monde. En effet, suite aux récents attentats qui ont lieu en Europe, le Conseil européen a proposé la mise en place d’un institut qui se chargerait d’apporter un enseignement sur la religion musulmane.

Un institut européen pour enseigner l’islam

Parce que l’islam n’est pas seulement faire les prières dans la mosquée durant les horaires de prière, et suite aux récents événements qui ont eu lieu en Autriche et en France dernièrement, il est temps que le Conseil européen s’occupe plus sur la menace terroriste en prenant en charge la question de la formation des imams dans le continent.
C’est pour cette raison que Charles Michel, le président du Conseil européen, a proposé le 9 novembre dernier l’idée de la mise en place d’un nouvel institut européen qui se chargerait de former les imams des mosquées en Europe. L’ancien Premier ministre belge, a affirmé que cette initiative permettrait de véhiculer le message d’ouverture et de tolérance dans le continent tout en assurant l’acceptation de la primauté de la loi civile.
Cette proposition qui n’était pas détaillée, a été accueillie avec très peu d’enthousiasme. Il est évident qu’évoquer l’islam dans le Conseil européen semble être un sujet tabou surtout après les attentats qui ont eu lieu ses dernières semaines.

Une proposition fortement critiquée

Selon un expert, le système n’aime pas trop aborder ce type de sujet en rappelant que Julian King, un ancien commissaire européen, a refusé d’évoquer simplement le mot islam.
Il est important de mentionner qu’une partie de la presse anglo-saxonne qui est influente dans la capitale belge, semble elle non plus ne pas apprécier cette idée d’institut pour former en religion musulmane. En effet, le site Financial Times et Politico ont critiqué fortement cette décision, en évoquant la conception française de la laïcité.
Selon Charles Michel, il est important de mettre en place les meilleures conditions afin d’encourager la diversité, tout en apportant une nouvelle interprétation de la religion en Europe. Néanmoins, l’explication du président du Conseil européen n’aborde pas l’autre objectif de la mise en place de cet institut qui est d’éviter l’influence des puissances étrangères sur les imams.
Il est essentiel de rappeler que c’est les Pays-Bas qui ont été les premiers à essayer d’apporter plus d’organisation et de financer la formation des imams qui sont chargés d’enseigner le Coran dans les mosquées.